Aller au contenu

Une journée d’étude dédiée au théâtre interculturel et à l’appropriation culturelle

    Organisée par Daniela Sacco, en collaboration avec l’European Union’s Horizon 2020 Research et le PRint (groupe de recherche Pratiques interartistiques & scènes contemporaines), cette journée d’étude, qui adoptera la forme de tables rondes, vise à mettre en dialogue des perspectives pratiques et théoriques sur le théâtre interculturel et l’appropriation culturelle : des artistes de la scène montréalaise seront invité·e·s à échanger avec des professeur·e·s et chercheur·e·s travaillant sur ces thèmes. Ces enjeux, particulièrement présents aujourd’hui dans le contexte théâtral québécois, nous invitent à ouvrir une réflexion collective : liberté et limites de l’expression artistique ; responsabilité éthique de l’artiste ; rôle du public dans l’appréciation esthétique, critique et éthique ; fonction du théâtre et de la performance quant à la conscience personnelle et collective ; nouvelles formes d’expression artistique inclusives et décoloniales, etc.

    Avec la participation de : Geneviève Bélisle (doctorante UQAM), Charles Bender (compagnie Menuentakuan), Julie Burelle (U. de San Diego), Helena Franco (artiste performeuse), Talia Hallmona (Théâtre Fêlé), Véronique Hébert (artiste et doctorante UQAM), Dave Jenniss (compagnie Ondinnok), Soleil Launière (artiste performeuse), Jean-Frédéric Messier (compagnie Momentum), Nicole Nolette (U. de Waterloo), Sarah-Louise Pelletier-Morin (doctorante UQAM), Philippe Racine (Théâtre de la Sentinelle), Jocelyn Sioui (auteur, interprète et marionnettiste), Jean-Philippe Uzel (UQAM) et Angélique Willkie (U. Concordia).

    Organisation : Daniela Sacco (IUAV de Venise) et Marie-Christine Lesage (UQAM)

    L’événement aura lieu le jeudi 10 mars 2022 de 9h à 17h

    à la Salle des Boiseries du Pavillon Judith-Jasmin de l’UQAM (J-2805)

    Entrée libre

    À noter: Le passeport vaccinal sera obligatoire pour les personnes externes à l’UQAM qui souhaitent assister à l’événement en présence.

    *

    PROGRAMME

    9h MOT DE BIENVENUE par Angela Konrad (directrice de l‘École supérieure de théâtre) et Marie-Christine Lesage (professeure ÉST et responsable du Print

    9h15 PRÉSENTATION par Daniela Sacco (U. IUAV de Venise et chercheuse invitée ÉST)

    9h30 Table ronde 1: CORPS ET ALTÉRITÉS  Animation: Marie-Christine Lesage Invité.e.s: Isabelle Payant (Théâtre des Petites Âmes), Philippe Racine (Théâtre de la Sentinelle) et Angélique Willkie (Concordia University)  

    10h45 Table ronde 2: MÉMOIRE ET IDENTITÉ  Animation : Daniela Sacco Invité.e.s: Julie Burelle (San Diego University), Nicole Nolette (U. de Waterloo), Jocelyn Sioui (Belzébrute band de théâtre) et Jean-Philippe Uzel (UQAM)

    12h30 Pause dîner

    14h00 Table ronde 3: PUBLIC – COMMUNAUTÉ Animation: Geneviève Bélisle (UQAM) Invité.e.s: Charles Bender (Cie Menuentakuan, artiste Wendat), Dave Jannis (Cie Ondinnok, artiste Wolastoq) et Sarah-Louise Pelletier-Morin (UQAM)

    15h30 CRÉATION – FORMES DÉCOLONIALES Animation: Daniela Sacco et Marie-Christine Lesage Invité.e.s: Helena Franco (artiste performeuse colombienne), Talia Hallmona (Théâtre Fêlé), Véronique Hébert (UQAM, artiste Atikamekw), Soleil Launière (artiste performeuse Innu) et Jean-Frédéric Messier (Cie Momentum)

    *

    NOTICES BIOGRAPHIQUES

    Geneviève Bélisle

    En plus d’œuvrer comme actrice depuis sa sortie de l’école de théâtre professionnel du collège Lionel-Groulx, Geneviève Bélisle a développé une expertise en médiation culturelle au sein de plusieurs institutions théâtrales dans la région montréalaise. Elle a également obtenu un baccalauréat en études théâtrales ainsi qu’une maîtrise en théâtre (écriture), soutenue par le CRSH. Son projet a reçu le prix du meilleur mémoire création 2018 de l’École supérieure de théâtre de l’UQAM. Grâce à une bourse du FRQSC, elle a débuté en 2019 un doctorat en études et pratiques des arts dans cette même université. Depuis quelques années, elle est aussi médiatrice culturelle au Festival TransAmériques, chargée de cours à l’École supérieure de théâtre et à l’École de théâtre professionnel du Collège Lionel-Groulx et autrice.

    Charles Bender

    Charles Bender est un acteur/animateur/metteur en scène Wendat. Il est directeur artistique de la compagnie de théâtre Menuentakuan et est l’animateur de Sans Réserves sur le réseau APTN. Il est aussi président du Comité pour la diversité au théâtre du Conseil Québécois du théâtre et président du conseil d’administration de l’organisme Terres-en-Vues. Charles s’implique depuis plus de 20 ans dans le milieu des arts de la scène et de la télévision. Il s’est tout récemment mis à la traduction et compte déjà plusieurs textes du canon du théâtre autochtone Canadien à son actif.

    Julie Burelle

    Julie Burelle est conseillère dramaturgique et professeure agrégée à l’Université de la Californie à San Diego. Son projet de recherche porte sur le théâtre et les performances culturelles des Premiers Peuples au Québec et au Canada. Elle est l’auteure de Encounters on Contested Lands: Indigenous Performances of Sovereignty and Nationhood in Quebec (Northwestern University Press, 2019) qui s’est mérité le prix John. W. Frick (American Theatre and Drama Society), le prix Ann Saddlemyer (Association canadienne d’études théâtrales) et une mention spéciale (Société québécoise d’études théâtrales). Le livre sera traduit sous peu chez Nota Bene. Avec Yves Sioui Durand, Catherine Joncas et Jean-François Côté, Julie a également publié Xajoj Tun: Le Rabinal Achi d’Ondinnok. Réflexions, entretiens, analyses, (Presses de l’Université Laval, 2021). On peut aussi lire son travail dans des ouvrages et revues savantes publiés en anglais et en français. À titre de conseillère dramaturgique, Julie travaille avec des artistes autochtones à Native Voices at the Autry à Los Angeles et avec des danseurs et des compagnies de création en Californie.

    Helena Martin Franco

    Helena Martin Franco, née en Colombie ; elle vit et travaille à Tiohtiá:ke/Montréal depuis 1998. Sa pratique interdisciplinaire explore le métissage de différents procédés artistiques et l’hybridation entre des techniques traditionnelles et de nouvelles technologies. Helena crée des autofictions où elle explore la perméabilité et les frontières entre les identités culturelles, nationales et de genre. Ses propositions artistiques participent au dialogue au sujet de la violence sexiste, de l’immigration et de la censure artistique. Selon une perspective féministe, elle tisse des liens entre des collectifs et des organismes culturels afin de favoriser rencontres et échanges de pratiques artistiques, notamment entre le Canada et la Colombie. Elle est fondatrice de L’Araignée, collectif de diffusion d’art actuel, La Redhada, Red de mujeres artistas del Caribe colombiano, CAVCA; Comunidad de artistas visuales de Cartagena y Bolívar, et Las meninas emputás!, un Collectif activiste anti-colonial carthagénois. Lauréate du PRIX POWERHOUSE PRIZE 2018, elle est titulaire d’une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal.

    Talia Hallmona

    Talia Hallmona est née en Égypte et est d’origine italienne et grecque. Elle est arrivée au Québec à l’âge de 8 ans. Talia est comédienne, metteure en scène, autrice et fondatrice de Théâtre Fêlé. Depuis sa sortie de l’École nationale de théâtre en 2008, Talia a travaillé avec Espace K, une compagnie de Baie Comeau. Elle a aussi fait partie de la tournée québécoise et française de S’embrasent de 2009 à 2014, une pièce pour adolescents, présentée par le Théâtre Bluff. Elle a aussi fait partie de Trois une présentation d’Orange Noyée, La recette de Baklawas de Pascale Raffie. Durant les 9 dernières années, elle a créé deux textes s’adressant aux adolescents : Moi et l’autre, premier texte co-écrit avec Pascal Brullemans et qui traite de l’intégration des immigrants au Québec. Elle a aussi écrit seule cette fois, Olivier et Jamila un texte qui a comme point départ la question suivante : Est-ce que l’amour peut être aussi fort que nos convictions ? Enfin depuis 2013, elle a fondé sa propre compagnie de théâtre jeunesse, le Théâtre Fêlé. Théâtre Fêlé crée, produit et diffuse des œuvres s’intéressant aux enjeux de la diversité culturelle du Québec.

    Véronique Hébert 

    Véronique Basile Hébert est une femme de théâtre Atikamekw de la communauté de Wemotaci. Doctorante en Études et pratiques des arts à l,UQAM, en recherche-création en théâtre, elle détient un baccalauréat en théâtre de l’université d’Ottawa ainsi qu’une maîtrise en dramaturgie portant sur le chamanisme chez Jovette Marchessault. Participante du programme de théâtre autochtone de l’École nationale de théâtre du Canada, elle a également été l’une des créatrices du théâtre de rue du Festival Présence Autochtone de Montréal. Elle produit des œuvres dans les communautés autochtones et a collaboré aussi avec diverses compagnies de théâtre. S’inspirant de la nature et de sa culture, elle écrit, met en scène et interprète ses spectacles avec des artistes de diverses origines. Son théâtre est engagé, près de ses préoccupations d’autochtone, de femme et d’artiste.

    Dave Jenniss

    Né d’une mère québécoise et d’un père autochtone et de la nation Wolastoqiyik Wahsipekuk, Dave Jenniss est directeur artistique des Productions Ondinnok, compagnie autochtone francophone multidiciplinaire. Il est aussi comédien, metteur en scène, auteur de théâtre et scénariste. Depuis 2008, Dave Jenniss est reconnu pour son écriture d’une touchante vérité et proche de son identité Wolastoq. Jenniss se distingue comme auteur de théâtre avec ses textes Wulustek en (2008) et repise en (2011) par les Productions Ondinnok, Le tambour du temps en (2012) , Mokatek et l’étoile disparue en (2018), Kthakomiq en (2018), Toqaq mecimi puwiht /Delphine rêve toujours à venir en 2022 et Nmithaqs Sqotewamqol / La cendre de ses os. En plus d’écrire pour la scène, Dave jenniss est scénariste il vient de terminer l’écriture de son premier long métrage animé qui a pour titre, Mokatek, une production Nish Média.

    Marie-Christine Lesage

    Marie-Christine Lesage est professeure à l’École supérieure de théâtre de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Son enseignement et ses recherches en théâtre portent sur les processus de création interartistiques dans les arts vivants et sur les enjeux éthiques et micropolitiques. Elle a fait paraître un ouvrage consacré au théâtre de Denis Marleau, intitulé Paysages UBU. Mises en scène de Denis Marleau, 1994-2014 (Ed. Somme toute, 2015). La recherche subventionnée qu’elle mène actuellement porte sur : « Recherche interdisciplinaire sur les pratiques et les fabriques de la scène théâtrale contemporaine au Québec (2000- ) » (CRSH Savoir, 2019-2024). Dans ce contexte, elle anime le groupe de recherche PRint – scènes contemporaines et elle est responsable de la publication numérique L’Extension recherche&création de la revue Percées.

    Jean-Frédéric Messier

    Jean-Frédéric Messier a écrit et mis en scène pour la compagnie Momentum et d’autres compagnies à Montréal et ailleurs. Plusieurs de ses pièces ont été publiées et quelques-unes ont été primées. Parallèlement, il a composé de nombreuses musiques pour les arts vivants et pour l’écran. Il est un des quatre auteurs de Cabaret Neiges-Noires, spectacle produit par le Théâtre Il va sans dire qui a marqué le paysage théâtral dans les années 90 au Québec. En mai 2019, il a fait paraître L’Espace plein (L’Instant scène), un essai sur la pratique du théâtre hors les murs.

    Nicole Nolette

    Nicole Nolette est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en études des minorités et professeure adjointe au Département d’études françaises à l’Université de Waterloo. Depuis 2018, elle est présidente de la Société québécoise d’études théâtrales et depuis 2021, codirectrice de la revue savante Theatre Research in Canada/Recherches théâtrales au Canada. Elle mène présentement des recherches sur la culture matérielle de la traduction théâtrale et le rôle du numérique dans les théâtres francophones du Canada.

    Sarah-Louise Pelletier-Morin

    Sarah-Louise Pelletier-Morin est candidate au doctorat en études littéraires à l’UQAM. Sa thèse, dirigée par Dominique Garand et Julie Paquette, se consacre à l’étude de trois polémiques théâtrales : l’affaire Cantat (2011), SLÀV et Kanata (2018). Elle a dirigé le collectif Mythologies québécoises (Nota Bene, 2021) et organise les « Rendez-vous Art et politique » à l’Usine C pour le cycle 2021-2022. Elle est également enseignante au collégial et membre des comités de rédaction du magazine L’Inconvénient et de la revue Panorama-Cinéma. Elle collabore à divers périodiques culturels en tant que critique, poète et essayiste.

    Soleil Launière

    Pekuakamilnu originaire de Mashteuiatsh, Soleil Launière vit et œuvre à Tiöhtià:ke – Mooniyang (Montréal). Artiste multidisciplinaire et metteure en scène alliant l’art performance, le mouvement, le théâtre et le chant, elle entremêle la présence du corps bi-spirituel et l’audiovisuel expérimental tout en s’inspirant de la cosmogonie et l’esprit sacré des animaux du monde Innu. Elle exprime en actes une pensée sur les silences et les langages universels.

    Isabelle Payant

    Directrice artistique et codirectrice générale du Théâtre des Petites Âmes. Formée comme comédienne, elle a rapidement croisé l’univers extraordinaire de la marionnette. En 2007, elle fonde le Théâtre des Petites Âmes avec Stéphane Guy, dans le but de créer un théâtre de marionnette de petit format, intime, avec un volet principal s’adressant à la petite enfance. Depuis, elle a créé PEKKA, HIMA, BAM, POMME, OGO, MAPA et aujourd’hui, HERMANITAS. Depuis quelque temps, grâce aux propositions extérieures qu’elle a imaginées (LE JARDIN DES PETITES ÂMES / LE JARDIN D’ISABELLE, TIRE-TOI UNE BÛCHE et LA BÉCANE À HISTOIRES), elle n’a jamais cessé d’aller à la rencontre des spectateurs, en salle ou à l’extérieur, hiver comme été !

    Philippe Racine

    Homme de théâtre avant toute chose, il fut co-fondateur du Théâtre Qui Va Là où ses talents de créateur furent mis à profit pendant 15 ans. Sa grande polyvalence l’amène à collaborer avec de nombreuses compagnies théâtrales aux pratiques diverses (du théâtre jeunesse -Le Clou- en passant par l’expérimental -L’Eau du Bain- de la marionnette -Motus- à la performance -La Nuit Le Bruit- du théâtre d’intervention – Mise au Jeu – au théâtre contemporain- CTDA,NTE,TNM-) Il est maintenant co-directeur artistique du Théâtre de la Sentinelle et prépare un spectacle solo, synthétisant 20 années de recherche artistique. Il est aussi professeur invité à l’École Nationale de Théâtre du Canada.

    Daniela Sacco

    Daniela Sacco est chercheuse en esthétique du théâtre à IUAV, Université de Venise (Italie). Elle a obtenu une subvention Marie Skłodowska-Curie Research Fellowship de l’European Union’s Horizon 2020 Research and Innovation Programme à l’Université de Milan. Elle est chercheuse invitée à l’École supérieure de théâtre, pour travailler sur le projet ITACA : Intercultural Theatre And Cultural Appropriation (Grant Agreement No. 893533). Elle a donné des cours dans plusieurs universités italiennes et a été chargée de cours à l’École supérieure de théâtre de l’UQAM en 2019 et 2022. Elle a été Dramaturg pour plusieurs projets de théâtre. Parmi ses publications : Pensiero in azione. Bertolt Brecht, Robert Wilson, Peter Sellars : tre protagonisti del teatro contemporaneo (2012); Mito e teatr : il principio drammaturgico del montaggio (2013); Goethe in Italia : formazione estetica e teoria morfologica (2016); Tragico contemporaneo : forme della tragedia e del mito nel teatro italiano (1995-2015) (2018).

    Jocelyn Sioui

    Créateur et rassembleur, Jocelyn est membre fondateur de Belzébrute, band de théâtre. Auteur-concepteur-interprète, ses œuvres ont pu être appréciées un peu partout au Canada et en France. L’originalité de sa démarche lui a valu de nombreuses distinctions, dont le grand prix du jury au OFF/Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes de Charleville-MÉzière lors du passage de Shavirez en 2013 . Jocelyn est fondateur et directeur du OUF! Festival Off Casteliers, un festival dédiés aux arts de la marionnette. Il est l’un des très rares marionnettistes autochtones au Québec. Hybride, métissée, teintée d’humour et de fantaisie, l’oeuvre de Jocelyn, sous des airs faussement léger, posent à chaque fois les mêmes questions: Je viens d’où et qui suis-je? Mononk Jules, publié par les Éditions Hannenorak en 2020, marque les premiers pas de Jocelyn dans le monde de la littérature. Un spectacle du même nom sillonne déjà les routes du Québec en remporte un franc succès.

    Jean-Philippe Uzel

    Jean-Philippe Uzel est professeur d’histoire de l’art à l’Université du Québec à Montréal, membre du GRIAAC ― Groupe de recherche interdisciplinaire sur les affirmations autochtones contemporaines et du CIÉRA ― Centre interuniversitaire d’études et de recherches autochtones. Il s’intéresse depuis plus d’une vingtaine d’années à l’art moderne et contemporain autochtone d’Amérique du Nord. Il a fait paraître en 2018 une étude pour le compte du Conseil des arts de Montréal sur les pratiques professionnelles en arts visuels issues de l’autochtonie et de la diversité à Montréal et il a co-dirigé avec Nadia Myre un numéro hors-série de la revue Spirale sur le thème « Femmes et violences de masse ». Il travaille actuellement à l’élaboration d’un MOOC intitulé Ohtehra’, l’art autochtone aujourd’hui construit à partir des œuvres autochtones des collections d’art moderne et contemporain du Musée des beaux-arts de Montréal.

    Angélique Willkie

    Performeuse, chanteuse, pédagogue et dramaturge, Angélique Willkie poursuit une carrière en Europe pendant plus de 25 ans où elle travaille avec entre autres Alain Platel, Sidi Larbi Cherkaoui, Jan Lauwers / Needcompany, et comme chanteuse avec le groupe de musique du monde, Zap Mama. Dramaturge œuvrant dans les milieux de danse et de cirque, Angélique est professeure agrégée dans le Département de danse contemporaine de l’Université Concordia et doctorante en Études et pratiques des arts à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Sa recherche reflète son intérêt pour la dramaturgie du corps en performance et pour des dramaturgies dites décoloniales.

     

    Lien vers le programme en PDF

    Lien vers le communiqué en PDF

    Facebook